vendredi 6 juin 2008

Oups ! (3/3)

Si intérieurement c’est la franche rigolade, de l’extérieur rien ne transpire. Ou presque, car c’est une façon de parler. Maurice sent très bien la petite goutte de sueur qui est en train de se former le long de sa tempe. Progressivement la goutte grossit et il commence à la sentir se déplacer vers le bas. Ça le chatouille et machinalement, pour l’essuyer, il lève le bras qu’il avait le long du corps.

C’est malheureusement un réflexe qui va lui coûter cher !

En effet, sans le vouloir, sa main touche, précisons le tout de suite afin d’éviter tout malentendu, de manière complètement innocente et involontaire, cette poitrine opulente. Vous me direz qu’il y a toucher et toucher. Il y a eu contact, c’est indéniable, mais ni du genre caresse furtive à la plume d’autruche, ni du genre uppercut mortel à la Mike Tyson. C’est pour ça que Maurice est gêné car c’est plutôt du genre caresse appuyée et remontante ! Il a pu apprécier ce contact, au sens ressentir du terme, et se dit que forcément l’autre personne en a fait de même et l’a bien senti.

Maurice se met à se liquéfier et devient probablement aussi rouge qu’une écrevisse plongée dans l’eau bouillante. Là on ne rit plus. Il ne peut faire autrement que de regarder sa voisine dans les yeux. Déjà elle le dévisage. Il lui demande pardon pour ce contact bien involontaire.

Elle lui sourit alors et d’un ton ingénu lui répond : « Tout le plaisir est pour moi ! ». Maurice à son tour ne peut que lui rendre son sourire.

Il se sent néanmoins seul et se contorsionne afin de remettre son bras le long du corps, en faisant bien attention cette fois d’éviter tout nouveau contact, malgré les nouveaux à-coups redoublés du train.

Le voyage va lui sembler long ce soir…

Graphiti

8 commentaires:

Anonyme a dit…

Histoire vécue ou phantasme !!

l'inconnue a dit…

C'était donc vous !

bricol-girl a dit…

c'est un beau roman c'est une belle histoire...

Marie Bland a dit…

Quelle surprise ! Je ne savais pas que Sapeur était Maurice et que Maurice était Sapeur...
Bon week-end

Cristophe a dit…

Maurice et la belle sont-ils allés au restaurant ou ont-ils directement loué une chambre ?
L'histoire se poursuivant hors du train, donc hors du périmètre de ce blog, nous ne la connaîtrons pas.

Flower a dit…

Ah ce Maurice!=D

Fanzesca a dit…

Maurice est chanceux, je présage une fin romantique...

Maurice a dit…

Dans toute chose il y a une part de vérité Anonyme !

J'espère ne pas vous avoir choquée Inconnue.

Il y a une autre chanson Bricol-Girl qui me vient à l'esprit, certes moins romantique... C'est une chanson du répertoire du carnaval dunkerquois et qui commence par : "Elle a de grosses to..... ma Tant' Charlotte, et c'est moi qui les p'l....." !

Oh Oh ! Donc nous lisons les mêmes blogs licencieux Marie Bland !

Critophe, je profite du fait que nous soyons entre hommes pour te faire une confidence : c'était du lourd !

The right man at the right place Flower !

Ca ne peut finir que de façon romantique Fanzesca !