vendredi 20 juin 2008

Alaaarm !

Alors que je sortais à l’extérieur ou bien même lorsque je quittais mon siège pour en rejoindre un autre, je laissais mon blouson en plan sur un fauteuil à roulettes à côté du mien. Quelqu’un profitant de mon absence momentanée aurait-il été tenté de me faire les poches ? Même si plus rien ne doit m’étonner, je ne pense pas que ce soit le cas.

Une fois encore, à cet instant précis je ne suis pas conscient du malheur qui m’attend.

Le soir au moment de partir, je fais place nette. Il n’y a pas de tiroir, pas d’armoire, juste un PC sur une table, pas de dossier ou de paperasse. Rien donc qui puisse attirer l’attention, comme par exemple un Passe Navigo qui détonnerait complètement dans le paysage !

Je quitte la salle en fin d’après-midi et déjà je pense au trajet du retour. En marchant je passe machinalement la main à l’endroit où mon Passe Navigo devrait se trouver. Il n’y est pas. S’il n’y est pas c’est que j’ai du le mettre dans une autre poche. Non, ce n’est pas celle-ci non plus... Après les avoir toutes passées en revue, je recommence l’exercice et force est de constater qu’elles sont vides. C’est ridicule de recommencer cet exercice car il est impossible à louper du premier coup.

Peut-être pas pour tout le monde. Je ne porte pas de lunettes, mais il m’est arrivé de voir des personnes réaliser qu’elles avaient leurs lunettes sur le nez alors qu’elles les cherchaient partout !

Fin de l’aparté.

Je pratique le même exercice dans ma sacoche que je fouille dans tous les sens. Rien ! Mince ! Je peste contre moi-même car il va falloir que je retourne dans la salle dans laquelle j’ai passé la journée. Cela va me faire perdre du temps…

6 commentaires:

bricol-girl a dit…

As-tu essayé: "Saint -Antoine de Padoue, vous qui faites trouver tout, faites moi retrouver mon pass"

Bérangère a dit…

Pendant qu'il y est, Monsieur Maurice pourrait-il glisser deux mots pour moi à St Antoine, j'ai perdu le Nord....

Oh la baleine a dit…

je ne sais si Maurice est coutumier de la restauration rapide, mais j'ai assisté à n vol de portefeuille...et pourquoi pas de passe, les voleurs prennent une table une de leur chaise dos à la votre, et quand vous vous levez pour chercher les serviettes ou le ketch'up s'en est fini ils ont pris la carte et reposé le portefeuille comme si de rien n'était, et vous ne vius en souvenez pas, mais celui qui était derrière vous à regardé lorsque vous tapiez votre code....
Déjà vu, mais pas de passe par ici.

Anonyme a dit…

Le positif dans tout ça, Maurice, c'est que cela t'as permis d'alimenter quatre pages de blog...

Anonyme a dit…

C'est donc ça!! j'ai attendu tu n'es jamais venu...

Maurice a dit…

La ligne était occupée Brico-Girl !

Si ça peut se perdre Bérangère, ça peut aussi se retrouver !

Lorsque je tape le code de ma carte bleu Oh la Baleine, les voleurs n'arrivent pas à lire par dessus mes épaules larges !

Et ce n'est pas fini Anonyme !

C'est sûrement la raison Anonyme bis ...