lundi 31 mars 2008

Sac à dos

La société des loisirs a permis à des personnes de plus en plus nombreuses, de s’adonner à la détente, qu’elle soit sportive ou non.

C’est ainsi qu’apparurent les premiers campeurs et les premiers randonneurs. Bien sûr, à aucun moment vous ne les avez imaginés partir découvrir le vaste monde les mains dans les poches. On général on les représente, et on se les représente, harnachés d’un sac à dos.

Qu’ils soient en toile, en cuir ou en matières synthétiques, ils font maintenant partie du paysage. Rappelez-vous, il y a plusieurs mois, Maurice évoquait une marque célèbre et spécialisée dans les sacs en tous genres. Leur aspect indéniablement pratique et l’évolution de la mode ont fait passer ces sacs du statut d’objet usuel réservé à une utilisation essentiellement vacancière à celui de must qu’on ne dissimule pas et qu’on trimbale partout.

Qui dit partout dit bien sûr dans les transports en commun. C’est là que les choses commencent à se gâter. En effet, trop rares sont les possesseurs de tels sacs à ne pas avoir remarqué l’excroissance dorsale qu’ils véhiculent. Il en va ainsi des collégiens, lycéens et étudiants de tous poils, mais aussi des employés et des cadres du secteur public comme du secteur privé. La gent féminine n’est pas exclue de ce recensement.

Les porteurs de ces sacs ne seraient pas conscients de l’espace qu’ils occupent, en particulier lorsqu’ils effectuent un quart ou un demi tour au milieu d’une foule compacte.

Au Japon il est paraît-il mal vu, lorsqu’il y a beaucoup de monde dans les transports en commun, de garder son sac sur le dos, car il prend la place d’un personne. Dans le même registre, nos voisins belges ont démarré ce qu’ils appellent à juste titre une campagne de courtoisie qui reprend un certain nombre de comportements qui s’ils étaient corrigés, rendraient la vie plus agréable pour tous.

Le prochain qui me bouscule, je lui colle un atemi courtois !

arrivee train

4 commentaires:

mab a dit…

Rien dans le sac tout dans la tête, c'est ainsi que devrait voyager l'usager pour ne gêner personne

Maurice a dit…

C'est bien le problème. Pour l'instant c'est plutôt tout le contraire Mab : tout dans le sac et rien dans la tête !

karmara a dit…

Euh... Je me sens légèrement visée, vu que je me déplace généralement avec un gros Rucksack I*kea (c'est à cause du roller : les sacs à main, ça se balance et ça déséquilibre). Mais j'essaie de faire gaffe à mes voisins. Par chance, le RER C est rarement surbondé.

Maurice a dit…

Karmara, seul(e)s les pratiquant(e)s de roller trouvent grâce à mes yeux. Il faudra qu'on en reparle !