jeudi 3 avril 2008

Disparition

Dans un article précédent Maurice vous faisait part de quelques unes de ses découvertes, en particulier de l’émergence de certaines pratiques comme celle qui consiste à se détendre les méninges grâce aux consoles de jeux portatives.

Il est également d’autres évolutions qui se font progressivement, mais en sens inverse. On parle dans ce ces de régression. Plutôt que d’assister à une naissance, on constate une disparition progressive, voire totale.

C’est exactement comme si du jour au lendemain vous vous réveilliez en constatant la disparition de oiseaux, ou des papillons, ou des abeilles. Avant ce moment précis, vous aviez bien noté, mais sans y prêter plus d’attention, une diminution progressive, en pesant qu’il s’agissait d’une situation probablement passagère. Peut-être vous étiez vous aussi dit que vous auriez tout le temps de vérifier l’année prochaine. Jusqu’au jour où il vous a fallu vous rendre à l’évidence : il n’y a plus d’oiseaux, il n’y a plus de papillons, il n’y a plus d’abeilles.

Dans les transports en commun il n’y en a certes jamais eu beaucoup. Et le peu qu’on n’a jamais pu y voir est déjà beaucoup. Une seule abeille dans un wagon (ne parlons pas des guêpes) peut causer par mal d’émoi. Il n’est cependant pas rare d’observer des pigeons voyageurs dans les gares. Quoi de plus normal ?

Dans les transports en commun, ce sont les tricoteuses et les brodeuses de tous poils qui ont disparu. Est-ce un signe des temps ? S’agit-il d’une disparition passagère ou d’un épiphénomène ? Le mystère est là… entier.


Point de fuite

10 commentaires:

mab a dit…

Remplacées par qui? les accros du rajeunissement du cerveau ou les dingues de sudoku?

Maurice a dit…

Je crains qu'elles ne se transforment pas, mais disparaissent tout simplement...

Lutine a dit…

ouh la je suis toujours la moi !
Mais bon cést vrai quej e prends pas souvent les transport en commun et je suis tres loin de Paris !!
Peut etre qu'elles se cachent car je peux te dire que le tricot, et klest ravaux d'aiguilles en general sont redevenus a la mode, tu peux le constater par les blogs sur ces sujets qui se multiplient

Marie Phildar a dit…

je suis proche du dépot...de bilan !

Maurice a dit…

Je suis d'accord avec toi Lutine : les travaux d'aiguilles ont le vent en poupe, mais plus dans les transports en commun !

Du moment que tu n'aies pas les nerfs en pelote, MArie Phildar...

thalie a dit…

Hé hé ! Salut Maurice !

Pour moi c'est le retour du retour... et vi, ça fait looongtemps que je ne suis plus sur Internet... Mais ça y est, je suis en passe de revenir sur le devant de la scène ;) enfin, peut-être...

Mais sur le coup du retour du tricot dans le train... ou plutôt de sa disparition, là, je dois bien avouer que je fais partie des déserteuses... j'ai laissé tomber les aiguilles depuis quelques temps (dans les transports tout du moins) au grand profit de mes bouquins... parfois il faut savoir choisir, mais elles me manquent... et peut-être réintègreront-elles bientôt mon sac !

Il faut cependant avouer que le "tricotrain" a certains désavantages...
- sur le plan de la place tout d'abord, ne jamais prendre le train avec un ouvrage trop encombrant, les banquettes étant de taille assez limitée, les heures de pointe ne facilitant pas la cohabitation avec les poils en tout genre...
- la taille du sac aussi limite assez vite la taille de l'ouvrage et des aiguilles, il faut donc préférer les aiguilles circulaires (c'est comme des aiguilels droites mais avec une espèce de fil qui les relient entre elles et qui permet notamment de tricoter en rond et plus particulièrement de prendre beaucoup moins de place dans un sac !) et les petits tricots, sauf à prendre comme moi sa maison tous les jours avec soi ;)
- puis parce que quand tu tricotes un point compliqué et que tu as besoin d'avoir sous le nez tes explications, plus une aiguilles (ou 2) à torsade, plus 3 pelotes parce qu'en plus c'est du jacquard et que tu dois t'arrêter brusquement parce que ta station approche, alors là, après, pour reprendre ton ouvrage, bah ! Tintin ! moi j'te dis autant pas tricoter que défaire ce que tu as fait pendant ta 1/2 heure de transport et de devoir après la détricoter parce que tu te rends compte que tu as lamentablement oublier de changer de point trop occuper à vérifier que ton arrêt n'était pas le suivant ! Oui, c'est décourageant, et oui, on sent là, l'expérience exaspérée d'une tricoteuse parisienne !

Alors je ne sais pas si ça explique la disparition des tricoteuses et brodeuses des transports en commun, mais toujours est-il que je l'ai remarqué tout comme toi qu'on en voit de moins en moins dans les transports... je ne sais pas où elles sont passées ni si comme moi elles ont troqué (temporairement) leurs aiguilles contre sudoku/livre/consoles/mp3 aux grandes zozor... ??? Va savoir ! Tu veux que je lance un appel sur mon blog ? ;)

Maurice a dit…

Hello Thalie ! Ca c'est du commentaire ! Si tu as perdu tes aiguilles tu n'en as pas perdu la langue pour autant ! Si tu as des infos, n'hésite pas à les partager !

balein a dit…

Aiguilloné, aiguille de direction pour rester dans la rame, moi je préfère le crochet, même si on tourne en rond.

Maurice a dit…

La Balein avec sa taille de guêpe rentre dare-dard !

Sammy a dit…

Peut-être Maurice est-il appelé à remplacer ces tricoteuses, en emmenant son ouvrage pour les longs trajets ? :-)