mardi 7 novembre 2006

Portillon en panne (9)

Cette méthode n’est bien sûr pas sans risques. En effet, comme la plupart des autres personnes, vous êtes partis de chez vous le matin pour une journée de travail, et à moins d’être prof de gym, vous ne portez pas forcément des vêtements souples et suffisamment amples pour accomplir ces gestes acrobatiques sans être gêné aux entournures. Même chose pour les chaussures qui peuvent être dotées d’un talon plus on moins haut. Enfin comme vous n’êtes pas partis de chez vous sans votre cartable ou votre baise-en-ville, vos mains ne sont pas complètement libres.

Pour les moins téméraires, la manœuvre peut être exécutée en marquant un temps de pause devant l’obstacle et en décomposant les différents mouvements. Les plus aguerris pourront franchir l’obstacle dans le mouvement.

Gare toutefois à ne pas y aller à l’économie ou de façon trop décontractée sous peine de se prendre les pieds dans la barre transversale ! Mieux vaut souffrir et risquer le claquage en passant cinq centimètres au dessus de la barre transversale, plutôt que de se vautrer de façon lamentable au milieu de l’engin. N’oubliez pas que vos mains vous soutiennent sur les côtés. En cas de chute vous n’aurez pas le temps de les faire passer devant vous pour vous protéger les dents ou le nez…

En cas de chute, il n’y a pas 36 façons de faire oublier son infortune et son ridicule face aux jeunes femmes que vous imaginiez en pâmoison à l’issue de votre exploit. Relevez-vous promptement, ramassez vos lunettes, votre cartable, les pages de votre journal, vos pièces de monnaie et quelles que soient la douleur qui irradie et la honte qui vous envahit, contraignez-vous à sourire et dites : « C’est rien, c’est rien… ».

Et n’oubliez pas : The Show Must Go On !

…à suivre…

7 commentaires:

bérangère a dit…

j'attends avec impatience le dixième post...illon !

Anne a dit…

Me demande combien de temps tu peux tenir avec ce foutu portillon ?

bricol-girl a dit…

Bon c'était la 9ième porte, Johnny Deep n'a pas été plus loin.

Tophe a dit…

Tu me fais bien sourire avec ce portillon, Maurice ... Comme Anne, je me demande combien de temps tu vas encrore tenir dessus ...

Quoique ... Après le portillon, il y a l'escalier qui mène au quai et avant ça tous les tapis roulant ...

Que d'aventures en perspective !

tarmine a dit…

mais si il ne se vautre pas ça n'a aucun intérêt, personne n'y fera attention!!!

Madeleine a dit…

C'est quand même c.. un banlieusard :-) oups pardon ça m'a échappé ! moi j'ai les chasseurs ici en ce moment ...

Maurice a dit…

J'espère que tu ne seras pas déçue Bérangère.

Plus très longtemps Anne, car je ne voudrais pas trop vous lasser ! De plus je n'ai pas d'équipe chargée d'écrire de nouveaux épisodes au fur et à mesure de l'avancement de l'histoire et des réactions des lecteurs et lectrices.

Avec Maurice on ne sait jamais trop comment ça va finir Bricol-Girl !

Au départ de cette histoire je ne pensais pas aller aussi loin Tophe.

C'est dommage que ça n'arrive pas si souvent Tarmine et quelques uns arrivent même à se rattraper in extremis.

Je suis d'accord avec toi Madeleine, pour certains d'entre eux.