jeudi 9 novembre 2006

Des bienfaits de la grève

Après l'histoire pratiquement sans fin du Portillon n°14, il faut revenir à des sujets plus graves qui, je le sais par avance, ne plairont pas forcément à certain(e)s d'entre vous.

Je veux parler de la grève, dans les transports en commmun bien sûr, de l'usage qui en est fait et des conséquences qui en découlent.

Je ne parlerai pas du pouvoir de nuisance d'une minorité de personnes privilégiées qui en cette période difficile pour beaucoup, mettent tout en oeuvre et s'arcboutent à des zavantages acquis qu'ils refusent de remettre en cause ou de partager sous couvert d'une défense des usagers et du service public.

Pendant ce temps là, les autres, la majorité des salariés du secteur privé, mais aussi des fonctionnaires, des étudiants, des lycéens, des personnes à la recherche d'un emploi, etc, sont contraints de se lever plus tôt et passer un peu plus de temps pour se rendre sur leur lieu de travail, d'étude ou de recherche d'emploi. Même chose pour le retour.

Il y en a tout de même qui pour éviter tous ces inconvénients, vont poser une journée de congés en attendant que ça passe. Cela m'est arrivé. Merci les RTT !

C'est ainsi que l'on constatera que finalement même si les trains sont deux fois moins nombreux, il n'y a pas deux fois plus de personnes. Pour ça je suis affirmatif car je le vois et le vis.

Je ne pense pas que du côté de la circulation automobile les choses soient pires. C'est déjà l'enfer, donc un peu plus de voitures...

Les grèves ne sont plus ce qu'elles étaient... Peut-être que certains grévistes commencent à ouvrir les yeux et à se rendre compte combien leurs comportements peuvent paraître déplacés pour une personne sans revenus par exemple. Par ailleurs on peut maintenant connaître à l'avance les horaires des trains qui vont circuler. Ils sont à l'heure et partent aux horaires habituels. Ce n'est plus la "galère" comme avant...

On n'entend même plus les voyageurs râler. C'est dire l'importance qu'on donne à ces mouvements sociaux. A force de se répéter la grève perd de sa valeur d'autant que les motifs ne sont pas clairs du tout. Le poisson serait-il bien noyé ? Ce ne sont pourtant pas les causes importantes qui méritent d'être défendues par tous (quelles que soient les convictions) qui manquent en ce moment.

En tous cas pendant les grèves certains ne perdent pas de temps et savent tirer profit de la situation. En quoi faisant ?

En navigant sur internet et en lisant en particulier ce blog. J'en profite pour les remercier, pour vous remercier toutes et tous. Jamais je n'avais eu autant de lecteurs en une seule journée ! Il faudra que je m'en souvienne car c'était peut-être la première et la dernière fois !

En attendant j'ai probablement dépassé mon quota de 300 mots (d'où les post...illons) et je ne suis pas plus inspiré pour la suite. Ne perdons pas espoir.

8 commentaires:

bricol-girl a dit…

Ma journée avait été "plombée" en pensant aux déboires de Maurice. je vais mieux sachant qu'il n'était pas dans le troupeau. OUF.

Maurice a dit…

J'étais bien dans le troupeau Bricol-Girl, mais ça s'est bien passé, je te rassure !

Maky a dit…

Quelle que soit la réaction ou la non réaction des usagers, ces fonctionnaires de la "SNIFF" comme on disait de mon temps, m'exaspèrent.
Et pour cela même, j'attends avec impatience qu'ils soient privatisés et qu'ils en bavent.
S'ils étaient moins cons, ils sauraient que les syndicats qui les poussent sont des profiteurs qui se gagnent ou se perdent des guerres entre eux pour le pouvoir "SYNDICAL"
Malheureusement...On est confronté à un problème !!! Le QI...

thalie a dit…

C'est vrai que cette fois, la grève s'est plutôt bien passée à mon grand étonnement, mais il faudra quand même qu'on m'explique pourquoi quand on réduit le traffic de moitié on réduit par conséquent (?) le nombre de wagons sur un train de banlieue ?! non mais je comprends pas j'vous dit !?
y a déjà pas beaucoup de trains, ils pourraient au moins penser au confort des usagers (si ils y pensaient peut-être ne feraient-ils pas de grève ?! va savoir !) et leur mettre des trains long et à étage ! Allez j'arrête de faire ma franchouillarde gueularde ! même si j'adore ça :)

mathilde a dit…

"mettent tout en oeuvre et s'arcboutent à des zavantages acquis qu'ils refusent de remettre en cause ou de partager sous couvert d'une défense des usagers et du service public." Ah lala, on est prêts à partager nos acquis, ce qu'on ne veut pas, c'est que les métiers soient nivelés par le bas et que tout le monde se retrouve en bas de l'échelle.


""On n'entend même plus les voyageurs râler. C'est dire l'importance qu'on donne à ces mouvements sociaux. A force de se répéter la grève perd de sa valeur d'autant que les motifs ne sont pas clairs du tout. Le poisson serait-il bien noyé ? Ce ne sont pourtant pas les causes importantes qui méritent d'être défendues par tous (quelles que soient les convictions) qui manquent en ce moment."" Peut-être que si les voyageurs ne râlent plus aussi vivement qu'avant, c'est parce qu'ils se rendent compte que le Service Public disparait et qu'on a fini de manger notre pain blanc. Pas parce qu'il disparait mais parce qu'il y a des sous à se faire en privatisant, dans les transports, les hôpitaux, les écoles... Et pas pour nous, les sous, oh non. Les gens sentent comme un malaise. Y'a quelque chose qui cloche dans ce que leur expliquent les instances, mais quoi, hein, quoi? Ils sentent bien que ce ne sont pas les grèves qu'il faut remettre en cause.


Maky> Oui, moi aussi j'attends avec impatience que tout le Service Public soit privatisé. J'en ai assez de me battre pour lui. J'en ai assez que les gens répètent bêtement ce qu'ils entendent des infos de TF1. QI, vous avez dit QI? On peut améliorer le Service Public, il en a bien besoin. L'écrémer. Mais ce qui nous attend, c'est pas ça. Oh, il ne va pas disparaître du jour au lendemain. Les français, bien que toujours grognons, y tiennent très fort. Non, il disparaîtra petit à petit pour qu'un jour il n'en reste presque plus rien et là, on pleurera. Surtout les faibles, les démunis, les vieux, tous ceux qui n'ont pas l'énergie de se battre et consacrent leurs forces à survivre. Et pourquoi disparait-il? Parce que quand on veut tuer son chien, on dit qu'il a la rage. Faisons en sorte que le Service Public ne réponde plus aux attente des citoyens, orchestrons sa disgrâce et privatisons. Ca ne sera pas mieux en privatisant, mais au moins ça rapportera de l'argent pour des actionnaires. Pour finir, je sais que les grèves emmerdent tout le monde. Maintenant, qu'on me dise ce qu'il faut faire et je le ferai. Mais pas question de me substituer aux élus et de partir au charbon pour ceux qui veulent vivre en égoïstes. Je vous laisse le soin de le faire. Mais à part râler, que faites-vous, exactement, hmmm? Comment vous impliquez-vous pour que la société aille mieux, sans être parfaite, c'est impossible, mais qu'au moins on se rapproche au plus près d'une certaine justice sociale? Oui, privatisons. Il y aura autant de grèves (si si, renseignez-vous, mais pas sur TF1, ils n'en parlent jamais) mais au moins ce ne sera plus le Public qui fera "ch***".

fong a dit…

Changez de pays.

tarmine a dit…

ben mathilde, t'as dit un peu beaucoup ce que je voulais dire, en mieux....

Anonyme a dit…

C'est ça, privatisons.... et une fois que ce sera privatisé et que la seule loi qui prévaudra sera [i]"toujours plus de profits pour les actionnaires"[/i] faudra pas venir chialer parce qu'il y a de moins en moins de personnel [i](économisons sur les salaires[/i]) pour faire rouler des trains de moins en moins bien entretenus [i](économisons sur les coûts d'entretien)[/i] sur des voies de plus en plus bancales [i](voir parenthèse précédente)[/i] et tout ça pour faire gagner un peu plus de gric à des retraités californiens qui n'en auront, de toute façon, strictement rien à foutre de vos gueules.... c'est ça, privatisons et retrouvons-nous avec un réseau de chemin de fer dans le même état que celui de la Grande-Bretagne par exemple.... les survivants pourront venir pleurer sur le service public disparu et sur les beaufs qui en sont la cause !