vendredi 25 mars 2005

La contagion

Le mouvement social initialement cantonné au réseau Paris-Est s'étend maintenant au réseau Paris-Nord. Excusez les camarades du Nord pour le retard de la réaction, mais le réveil n'a pas sonné. En attendant il y a toujours aussi peu de trains, autant de bus et de plus en plus d'embouteillages? Ceux qui vont travailler malgré les bâtons qu'on leur met dans les jambes ou dans les roues le font de bonne grâce. Ont-ils vraiment le choix? Moi pas trop. En plus je n'ai pas d'autre choix que les transports en commun.

On a cependant l'impression maintenant que le mouvement de quelques privilégiés se fait dans l'indifférence générale. C'est vrai que ce n'est pas agréable, mais n'est-ce pas aussi le propre de la nature humaine que de s'adapter à tout? Tout au plus les voyageurs de la région Est et Nord (ce sont les seuls concernés), s'indignent-ils des raisons et des motivations de cette grève de plus parmi les nombreuses autres. On reconnaît même les propos des fiers voyageurs racontant les efforts et ruses déployés pour parvenir à temps jusqu'à son lieu de travail, de ceux ayant survécu à l'étouffement et à la chaleur d'une mêlée.

Le décalage entre les revendications posées par cette minorité de grévistes au pouvoir de nuisance énorme et la situation dans laquelle évoluent et vivent la plus grande majorité de ces voyageurs est hallucinante. La grève s'installant dans le temps, on commence à être rôdé. C'est vrai que le premier jour on doit faire face à un chamboulement de ses habitudes, on va perdre du temps, être en retard, mais on retrouve très vite ses marques.

Hier matin quand je levais les yeux de mon cahier et que je regardais les gens autour de moi, j'imaginais que chacun avait son lot de soucis, de problèmes, de difficultés. Comment qualifier un tel comportement corporatiste, si ce n'est pour dire qu'il est égoïste ? Ils se sont même pris par le passé aux enfants en les empêchant de se rendre sur les lieux d'examen.

2 commentaires:

buse a dit…

J'ai souvent emmené mes fillettes à différentes gares quand elles étaient étudiante... oui en principe c'est maman qui s'y colle, surtout le dimanche soir... et j'aime regarder les gens, essayer de deviner qui part, qui accompagne, voir les différents comportements des uns et des autres.
.. pour éviter toute surprise de grève ou autre, j'attends que le train soit parti et aussi pour chercher la petite main qui se lève et qui m'est destinée.

Maurice a dit…

Il y a toujours des tas de rituels à observer. Celui des adieux en particulier !