lundi 21 mars 2005

Décidément les jours se suivent et se ressemblent

Vendredi matin, alors qu'un brouillard épais s'était abattu en région parisienne, les mauvais esprits ont encore frappé. Un incident au niveau de la voie ferrée oblige la SNCF à interrompre le trafic vers Paris pour une durée indéterminée. Les voyageurs désirant se rendre sur le lieu de travail, les étudiants et les autres sont coincés car les solutions de repli lorsqu'on est pris de court ne sont pas foison. Dans ces moments là il vaut mieux réagir vite. Et la réaction est d'autant plus rapide qu'on a des années de pratique derrière soi. Quelles sont les solutions?

Attendre? Un jour ou l'autre la voie sera réparée. Compte tenu de la teneur du message, ça risque de prendre un certain temps mais le voyageur est vacciné. Retourner chez soi se coucher et prétexter une grippe ou une gastro? A force de servir cet argument vous risquez d'éveiller les soupçons. Surtout un vendredi matin.
Faire du stop? La gare est mal située pour ça et les personnes qui passent par là à cette heure du matin ne vont sûrement pas dans ou vers Paris. Appeler quelqu'un pour y aller en voiture? A c't'heure ceux qui font le trajet en voiture sont déjà coincés dans les bouchons.

A part la première solution, les autres ne sont pas envisageables. Il reste cependant le bus. Justement il y en a un qui doit arriver dans 5 minutes environ pour desservir une gare RER. L'aubaine ! Malheureusement nous sommes plusieurs dizaines à avoir eu la même idée pratiquement au même moment. La bataille sera rude. Beaucoup de voyageurs ne pourront monter dans le bus. D'autres voyageront debout. Très peu seront assis. Lorsque le bus arrive, c'est la curée. Il faut pourtant se résigner à laisser descendre les voyageurs dont c'est le terminus. Le chauffeur du bus est respectueux du règlement. Quelles que soient les circonstances, on monte par devant et on descend par derrière. Sauf que dans le cas présent, c'est une prise d'assaut en règle à laquelle on assiste. La brèche ouverte à l'avant laisse déferler un flot de voyageurs alors que la même vague de voyageurs à l'arrière est bloquée par ceux qui descendent. La vague descendante l'emporte finalement malgré la volonté du chauffeur de vouloir fermer les portes arrières pour faire respecter le règlement. Ceux qui on vu le Seigneur des Anneaux se rappelleront la scène de la prise de la forteresse de Minas Tirith par les Orques. Finalement le flot humain sera plus fort. Je fais attention à ne pas piétiner les plus petits que moi. Il se passera encore quelques minutes avant que le bus démarre. Entre-temps les voyageurs du train suivant sont arrivés. Ils se sont rendu compte du problème et se sont rués sur le bus de la même manière. Seulement pas de chance, il est déjà plein comme un oeuf. 100% de déchets. Même chose tout au long du parcours où il sera impossible aux personnes qui attendent aux arrêts de monter dans le bus.

En ce qui me concerne, durant toute la durée du voyage je ne verrai rien depuis la fenêtre à cause du brouillard et de la buée. Au final j'aurai mis 45 minutes de plus que d'habitude.

Je pense avoir eu de la chance...

2 commentaires:

buse a dit…

... d'être arrivé, oui certainement.
Console toi, lorsqu'il y a du brouillard, même en voiture on ne voit rien

Maurice a dit…

Comme tu n'habites pas loin de ton lieu de travail tu pourrais y aller à pied.