mercredi 30 avril 2008

Microcosmos (2/2)

D’autres espèces ont su tirer profit de ce milieu et des êtres vivants qui l’occupent. Encore faut-il, comme Maurice, être un fin observateur et pouvoir les apercevoir. Il en existe deux sortes : un parasite (Saprophytus Detritus) et un prédateur (Tripotanus Gigantus).

On ne les voit en fait pas ailleurs que dans les transports en commun. Pour le premier le voir ne représente pas de danger. Etant parasite, il aura même plutôt tendance à vivre caché. Il se nourrit essentiellement des déchets jetés à même le sol alors que les poubelles ne manquent pas. Ce régime apparemment lui profite car des spécimens longs de plusieurs mètres on pu être observés en plein Paris. Si des reliquats de repas traînent par chez vous c’est que le Saprophytus Detritus n’est pas encore passé. A contrario, si c’est propre, c’est qu’il est venu ! C’est après de longues heures de surveillance caché derrière une énorme poubelle et grâce à quelques vieilles frites bien grasses que Maurice put photographier celui-ci. Malheureusement le déclic de l’appareil photo l’a ensuite fait fuir.

Mille-pattes


Pour le prédateur, c’est une toute autre histoire. Pour un usager des transports en commun, le voir est un danger mortel. C’est ce qui faillit arriver il y a quelques jours à Maurice, alors qu’il se rendait dans Paris. Un énorme spécimen de Tripotanus Gigantus venait de s’emparer de quelques voyageurs inconscients et les emmenait dans son repère, probablement pour y nourrir ses petits. C’est au péril de sa vie, mais pour vous permettre d’assouvir votre curiosité que Maurice décida de suivre (de loin) ce monstre. Il vous en ramène cette photo unique.

Araignée Tuileries


C’est son grand nombre et sa propension à se reproduire rapidement qui permet à la population des usagers des transports en commun de se maintenir et de se développer dans ce monde hostile malgré ces prélèvements sauvages.

9 commentaires:

Nénuphar a dit…

Est- ce qu'une fois séché et réduit (programme 90°dans une grande très grande machine à laver ou plutôt un grand très grand pressing), on peut sans servir pour se masser le cuir chevelu!!

Maurice a dit…

Hello Nénuphar ! J'ai déjà essayé ce genre d'ustensile et c'est incroyable les sensations que cela procure !

Nénuphar a dit…

oups sans servir, s'en servira pas.
Bon à bientôt Maurice, il faut que je retourne travailler un peu..

Sammy a dit…

C'est vrai qu'elle file les chocottes l'araignée du jardin des tuileries... Nous avons fait un grand détour l'autre jour, pour éviter qu'elle ne nous emmène dans son repaire, qui se trouveraient, selon certaines légendes urbaines, sous une étrange pyramide de verre...

Je n'ai jamais eu la chance de voir le mille-pattes par contre. Sans doute n'ai je pas attendu assez longtemps derrière ma poubelle ?

karmara a dit…

Ouh là ! Faut que Maurice arrête de sniffer son Pass Navigo...

Bérangère a dit…

Karmara, t'as raison, il se fait des rails ;-)

Maurice a dit…

Comment fais-tu Nénuphar pour trouver du temps pour travailler entre deux commentaires ?

Il faut, c'est, vrai un peu de chance en plus de la patience Sammy !

Non Karmara, tu te trompes ! On ne sniffe pas le Pass Navigo ! Il sert seulement, à défaut de carte bleue, à faire de belles petites lignes !

Imagine, Bérangère, que je n'en suis qu'un passager. Qu'en est-il des professionnels du rail ?

Fanzesca a dit…

N'essaie pas de l'écraser, tu te blesserais

Maurice a dit…

Je déteste écraser les araignées Fanzesca, je préfère les mettre dehors !