mercredi 26 mars 2008

Passage forcé

Maurice évoquait hier le comportement des voyageurs pressés et impatients dans les sas réservés aux handicapés, aux poussettes et aux voyageurs munis de grosses valises à roulettes.

Des scènes similaires ont lieu là où des portillons spéciaux ont été installés pour ces mêmes voyageurs (les handicapés, les poussettes et les valises à roulettes). Il s’agit d’un passage avec deux portes plus larges que la normale et d’un fonctionnement un peu différent. Ce système fonctionne aussi bien dans un sens que dans l’autre, pour entrer ou pour sortir. Les portes s’ouvrent dans le sens de la marche du voyageur qui a introduit son ticket. Les portes s’ouvrent quelques secondes après avoir validé son titre de transport, 2 ou 3 seulement mais dans certaines circonstances ça peut paraître une éternité, et elles restent ouvertes pendant quelques secondes avant de se refermer automatiquement, le temps de laisser passer le voyageur.

La logique, pour ne pas dire la moindre des politesses, serait que la priorité soit accordée à celui qui a validé son titre de transport. A fortiori lorsqu’il s’agit d’une des personnes pour lesquelles ces portes ont été mises en place.

Vous l’aurez deviné, ça ne se passe pas tout à fait de cette manière là !

Le voyageur de base, toujours aussi pressé et peu soucieux de son prochain, aura repéré que ces portes allaient s’ouvrir. Comme il se passe un certain temps avant l’ouverture, plusieurs personnes attendent de part et d’autre l’ouverture automatique. Pour eux le jeu en vaut probablement la chandelle car soit ils n’ont pas de billet et vont pouvoir passer sans problème, soit ils gratteront quelques secondes car ils évitent un détour de 15 mètres à tout casser et le passage par un portillon individuel souvent en panne ou sur lequel une voyageuse s’échine à faire passer et repasser frénétiquement son sac à main au fond duquel se trouve son Pass Navigo…

Et c’est la ruée !

Le mouvement sera d’autant plus rapide et musclé qu’il y aura de personnes de part et d’autre, car tout chacun veut passer en premier avant que les portes ne se referment ! Quant aux handicapés, poussettes et autres valises à roulettes, une fois les portes refermées, qu’ils se débrouillent ! Les autres sont déjà loin !

5 commentaires:

mab a dit…

La logique et la politesse même plus en rêve mon pove monsieur!

Cafougnette a dit…

juste une question Maurice parle des transposrts en "commun", Heeiiinn ?

Maky a dit…

Allongés sur un trottoir, un imperméable sous la tête, une fine pluie dans les yeux, un pompier à genoux, une perfusion mal branchée, embarqué sur un brancard, ils seront, l'un après l'autre seul et pas gêné pour entrer dans l'ambulance...avant de mourir à l'hôpital d'un infarctus !
Ouai, je sais pas gai...

Maurice a dit…

Tout fout le camp Mab...

Ben ouich Cafougnette et il faut faire avec le meilleur comme avec le pire !

Il y en a quand même quelques uns qui s'en sortent Maky !

Sammy a dit…

Triste société... mais j'apprécie tout de même ton cynique sens de l'observation.