mercredi 14 février 2007

L’alarme fatale (2)

Le vendredi matin, en me levant, ce fut une des premières choses que je fis : mettre mon réveil dans le sac de voyage.

Le dimanche soir, alors que je remontais tranquillement le quai pour me trouver une banquette libre, je repensais à mon réveil infernal et à la bonne nuit, quoique toute relative, que j’allais pouvoir passer. Je n’aurais pas à me soucier de me réveiller à chaque ralentissement du train pour vérifier où je me trouvais. Le bonheur !

Je trouvais une banquette libre toujours à peu près au même niveau du train. Il me semble, mais une fois de plus ma certitude est noyée dans le brouillard d’un lointain passé, que le train était composé de deux parties. La séparation s’effectuait à Saint-Pierre-des-Corps qui héberge la gare TGV qui dessert Tours. Tout du moins c’est ce que j’affirme sans pour autant en être sûr.

Une fois la banquette occupée, je me dépêchais de régler l’alarme du réveil à 4h50, de remonter les deux ressorts et d’armer l’engin infernal et de retrouver ma position préférée.

Je m’endormais sans qu’on ait besoin de me chantonner une berceuse, confiant dans la mécanique coincée entre mon ventre et le dossier de la banquette.

À 4h50, ce qui devait arriver arriva. Le réveil se mit à sonner comme il avait l’habitude de le faire, c’est-à-dire à fond et bruyamment. N’étant pas dans mon environnement habituel, je mis un certain temps à réagir et j’eus du mal à l’arrêter.

coq copie


Ceux qui comme moi descendaient à Angoulême me bénirent très certainement. Mais ce ne fut pas le cas de tout le monde, particulièrement ceux qui pensaient profiter d’une heure de sommeil de plus. Une fois la sonnerie enfin arrêtée, je pus apercevoir les visages mal réveillés et complètement ahuris de certains voyageurs, dressés au dessus des banquettes, se demandant ce qui avait bien pu se passer ! Ceux-là ne se rendormirent certainement pas.

Moi j’avais passé une super nuit !

10 commentaires:

bérangère a dit…

si j'avais été dans le compatiment je lui aurais fait bouffer son réveil au Maurice Non mais....enfoi...

Anonyme a dit…

Et moi je t'aurais maudit jusqu'à la 13ème génération.
Mab.

mathilde a dit…

Merci Maurice!!! Grâce à toi, j'ai pas raté Angoulême, hu hu

tarmine a dit…

coup de chance que tu ne sois pas tombé sur un bataillon de rugbymen!!!! :))))

Lutine a dit…

Ahahaha
La question est : est ce que tu l'as emmene les fois d'apres ou tu as eu trop peur de te faire tabasser ?
Apres Maurice fut appele : L'homme au reveil infernal !

fong a dit…

Je pense que si Maurice aurait eu des problèmes, ses cons-voyageurs descendant à Angoulême l'aurait fortement soutenus car le périple bordelais n'est pas si jouissif quand on le répète plusieurs fois, en tout cas, l'équipe de rugby de Bordeaux n'était surement pas dans les parages comme l'a dit Tarmine...

Maurice a dit…

J'imagine la scène d'ici Bérangère !

Je ne t'en veux pas Mab. Au fait, as-tu essayé de cocher la case "Autre" au moment où tu veux mettre un commentaire ?

C'était donc toi Mathilde l'autre voyageur qui descendait à Angoulême !

Tu dois confondre avec des supporters de foot Tarmine !

Le réveil a été de tous mes voyages par la suite Lutine.

Je ne pense pas que les voyageurs qui ont vécu cet épisode en gardent un si mauvais souvenir Fong. Tout au plus ont-ils du parler d'un malade avec un énorme réveil qui descendait à Angoulême !

mathilde a dit…

les cons-voyageurs descendant sont condescendants, arf!!

Nathalie a dit…

Je suis bien contente d'etre sur la ligne Rehovot-Haifa ...

Maurice a dit…

Et ceux qui montent Mathilde ?

J'imagine Nathalie que tu ne vas pas à la pêche la nuit !