mercredi 25 mai 2005

Le 5ème élément : l'air

L'air respiré dans les trains en sous-sol est-il encore de l'air? En tous les cas il n'a rien à voir avec celui que je respire chez moi à l'orée d'une forêt ou bien que j'ai pu respirer à la montagne ou au bord de le Mer du Nord. Cet air a déjà été respiré par des milliers de personnes, a été empoussiéré par le déplacement des rames et il a été aussi bien parfumé par les trains (huile de graissage, odeur de caoutchouc brûlé, moteur électrique surchauffé, plaquettes de freins rougies...), que par les quelques "restaurants" en sous-sol (style graillon de fast food made in the USA, fromage brûlé des croque-monsieurs), sans oublier l'effluve plus ou moins subtile laissée par chacun d'entre nous. Et dans ce domaine on a parfois affaire à des champions.

J'ai également un problème. Je suis sensible aux odeurs. En fait j'ai un nez et je détecte trop facilement la moindre odeur, donc forcément les petites et les mauvaises. Et pour celles-ci, je ne dirai pas que je ne les supporte pas car elles ne me rendent pas malade, mais je les trouve désagréables. Je suis moins incommodé par l'odeur d'un lapin ou un faisan tué à la chasse la veille et que je vais vider, que par l'odeur au petit matin d'un voisin qui pue le tabac froid.

Dès le matin ça m'agresse. Et ils sont encore nombreux malgré la chute sensible du nombre de fumeurs en France. Leurs cheveux, leurs vêtements, leur peau... tout est imprégné de cette odeur. A croire qu'ils ont passé la nuit dans un cendrier plein et du coup j'imagine qu'ils ont des mégots plein les poches.

Un autre exemple ? Certains parfums féminins et eaux de toilette masculines. Dans ce domaine comme dans beaucoup d'autres, trop c'est trop, le mieux est l'ennemi du bien, etc. Des banalités me direz vous. Pourtant certaines fragrances sont parfois écoeurantes. Comment expliquer chez vous le soir en rentrant que vous étiez scotché dans le train à une femme s'étant déversé la moitié d'un flacon de Shalimar avant qu'elle ne quitte le bureau. Ne semblerez-vous pas suspect? N'éveillerez-vous pas les soupçons?

Enfin, sans pour autant vouloir lister de façon exhaustive les différents parfums sentis dans ces lieux, une mention toute particulière à ceux qui ne savent pas dans quel rayon trouver du déodorant et à ceux qui de façon furtive, et dans l'anonymat de la foule, vous lâchent une caisse discrète mais franchement nauséabonde et persistante.

ENGLISH VERSION

Is the air you are breathing in the RER still air ? Anyway it has nothing to see with the one I can breathe at home, at the edge of a forest or the one I could breathe in the mountains or along the North See. This air has been already breathed by thousands of persons, was covered with dust by the moving of trains and has been also perfumed by the trains (lubricating oil, burned rubber smelling, overheated engines or break pads...), and by the so called underground "restaurants" (burn fat style produced by USA made fast foods, burned cheese coming from "Croque-Monsieurs"), and I should not forget to mention the more or less subtle effluvium let by each one of us. In some cases you can face real champions from time to time.

I also have a problem. I am sensitive to smells. In fact (like everyone), I have a nose and I can easily detect the least of the smells, by the way small ones and bad ones. And for those ones, I won't say I can't support them because I am not sick, but I really think they are unpleasant. I am less bothered by the smell of a dead rabbit or pheasant killed during a hunting the day before when I have to clean out them, than by the smell of stale cigarette smoke in the early morning.

In the early morning I feel like if I were attacked. And they are numerous even with the recent and important decrease in the number of smokers. Their hair, their clothes, their skin… everything is impregnated with this smell. It looks like they spent their night in an ashtray and then I can imagine them with their pockets full of cigarettes butts.

Another example ? Some feminine perfumes or male after-shaves. In this area like in many others, too much is too much and it’s better to leave well alone. You think it’s a common place? Some fragrances are sometimes disgusting. How will you explain the feminine smell on your suit, tonight when you are back home ? By saying you were stuck in the train to a woman who had poured onto her half a bottle of Shalimar before leaving her office ? For sure you will look suspicious !

As a conclusion, without trying to list all the smell you could smell in the train, I have a special award to those persons who don’t know where to buy a deodorant and to those who in a furtive way , taking the advantage of the anonymity of a crowd, are able to release a smelly fart frankly putrid and persistent.

2 commentaires:

Denis a dit…

J'ai arreté de fumer il y a quelques mois et à chaque fois on me demande si j'ai retrouvé mon odorat, et bien oui forcement mais en prenant le metro je dois bien avouer que c'est pas ce qui m'arrange le plus.
(surtout à Chatelet)

Maurice a dit…

S'il n'y avait que Châtelet, Denis... Cela dit je réalise que je n'ai pas évoqué les parfums parfois agréables. Il y en a.