lundi 11 avril 2005

Du bonheur

L'autre jour je constatais que la plus grande partie de mes « billets » était plutôt critique. Pourtant ce qui m'est arrivé ce soir (5 avril 2005) fut un instant de pur bonheur. Il faut cependant relativiser : tout cela se passe à l'échelle des transports en commun bien sûr…

Comme d'habitude, ça commence par un départ précipité du bureau, motivé par la volonté de quitter mon lieu de travail au plus tard et par le souhait de ne pas rentrer trop tard à la maison. Et là, les derniers mètres parcourus sur l'escalator qui m'amènera sur le quai du RER me laissent entrevoir le triste spectacle. Des dizaines, des centaines de personnes attendent sur le quai. Un train est à quai, toutes portes ouvertes, dégorgeant de voyageurs à la mine fatiguée et de mauvaise humeur. Les écrans d'information donnent des indications étranges. Un train est annoncé à l'approche, puis retardé, puis plus rien…Aucune annonce (bien évidemment) n'est faite par les haut-parleurs.

Vient l'heure des choix. Faut-il faire une tentative d'entrée en force dans le train déjà bondé mais dans lequel on imagine pouvoir quand même faire rentrer encore quelques personnes (dont moi) ? Faut-il prendre son mal en patience et attendre le prochain train, tout en remarquant que pour une fois les minutes défilent plus vite que d'habitude ? Finalement j'opte pour l'attente, car tout cela a vraiment l'air mal parti. Quitte à être en retard, autant éviter la bousculade.

Bien m'en a pris ! Un train déjà rempli finit par arriver. J'ai de la chance car une porte s'ouvre juste en face de moi. Je moment en voiture sans mal et une minute à peine plus tard, la sonnerie de départ retentit, les portes se referment et le train se met en branle. Au passage je jette un coup d'œil aux visages des personnes toujours coincées dans le train en face et satisfait, je ne puis m'empêcher de sourire.

Il me reste juste assez de temps pour ma correspondance.

2 commentaires:

buse a dit…

Tu as eu du bol ou ton ange t'a susuré la bonne conduite à avoir.

Maurice a dit…

Ce jour-là jecrois que c'était plus la chance qu'autre chose Buse !