jeudi 10 février 2005

Agression et mouvement social

Une agression a eu lieu ce matin, apparemment quelque part sur la ligne A du RER sur la partie RATP. Je n'en suis pas sûr à 100%. Ce dont je suis sûr c'est du mouvement social qui a suivi sur la ligne A du RER. Comme des milliers de personnes, j'y étais.

Toute agression envers les contrôleurs, les machinistes, les conducteurs de bus, les traminots (tout ce qui porte une casquette RATP ou SNCF) est révoltante et doit être punie et ils ont les moyens d'en faire prendre conscience.

L'agression est toute aussi révoltante sur qui que ce soit d'ailleurs. Même sur ceux qui ne disposent pas des mêmes moyens pour en faire prendre conscience.
Des mesures doivent être prises pour éviter ce genre d'incident. Autant que faire se peut... Vaste sujet...

Ce matin, comme les fois précédentes, le mouvement s'est traduit par un arrêt.
Mouvement / arrêt... Pour protester et marquer son indignation, sa colère, son mécontentement, on stoppe les trains. On stoppe les usagers.

Dans ces moments-là, ce qui ressort le plus dans les conversations ou les réactions enregistrées à chaud, ce sont plutôt les perturbations et la cohue. La personne agressée? Ca passe au second plan. Tout ce qui compte c'est qu'on arrivera une heure en retard. Et plutôt en poussant pour arriver en retard avant les autres....
Et puis on oubliera...

Les trains se sont-ils arrêté de rouler au début du mois lorsqu'un voyageur a été poussé sous le métro par un déséquilibré?

2 commentaires:

buse a dit…

Ce qui me fait surtout peur dans le train ou même ailleurs sont les groupes et la crainte de ne pas réagir comme il faudrait.

Maurice a dit…

Il vaut mieux, quand c'est possible, sur certaines lignes et à certaines heures, éviter de voyager de façon trop isolée Buse.