jeudi 8 mars 2007

Concentré de lecture

Cela a dû aussi vous arriver un jour ou l’autre.

Un livre ouvert sur les genoux, confortablement installée, autant qu’on puisse l’être sur une banquette du RER, elle est plongée dans la lecture de son roman. Tout du moins c’est à première vue ce que l’on pourrait penser. En l’observant plus attentivement, on se rend compte que ce n’est pas tout à fait le cas.

En effet, depuis que j’ai commencé à écrire, c’est-à-dire il y a un peu plus de dix minutes maintenant, je n’ai pas l’impression qu’elle ait souvent tourné la page de son livre. En tournant légèrement la tête de côté et en regardant sur ma gauche, je peux lire des mots comme Comté de Kindle, New York Times, tribunal. C’est très certainement un roman politico judiciaire comme les Américains savent les écrire et qui pourtant n’a pas l’air de la passionner plus que ça.

Son centre d’intérêt actuel tourne plutôt au bout de ses doigts et à la pointe de ses cheveux blonds.

C’est vrai qu’on ne peut pas toujours être concentré en permanence. Particulièrement lorsque l’on est dans le train. On peut facilement se laisser distraire par un élément extérieur ou bien laisser son esprit divaguer à l’évocation d’un souvenir ou d’une situation qu’on aurait pu vivre ou qu’on imagine que trop bien.

Et donc en observant de nouveau ma voisine, j’ai l’impression que c’est ce qui vient de lui arriver. Au bout de quelques instants, elle se résout à récupérer son marque-page en bois à tête d’ours, à délicatement refermer son livre et le ranger dans son sac.

D’autant qu’elle est arrivée à destination puisqu’au premier signe de ralentissement du train, elle se lève pour se diriger vers les portes. Souhaitons lui que le trajet du retour sera plus propice à la lecture.

9 commentaires:

fong a dit…

Hum...il arrive que certains soient en mode zombnembul, les yeux rivés sur les pages, ne prêtant attention au monde extérieur que part les accélérations et ralentissement du train et parfois aux allers et venues des passagers si ceux-là ne sont pas assis.

bérangère a dit…

impossible de commenter hier, je voulais juste dire à Monsieur Maurice qu'en plus d'être un bon cuisinier, C T un poète...cette petite note sur la tricoteuse des lilas, une perle ;-)

Maurice a dit…

Sans compter ceux qui en s'endormant laissent tomber leur lecture Fong.

Bon cuisinier... il faut rester dans le raisonnable Bérangère !

Nathalie K. a dit…

Elle remplie dans sa tete un questionnaire imaginaire. Tu comprendras la semaine prochaine sur mon blog ...

Maurice a dit…

Un questionnaire gourland Nathalie K. ?

laurice a dit…

gourland...? lais l'a trop bu lonsieur laurise

Maurice a dit…

Et moi qui me disais : "Tiens, une nouvelle ! " ! Mais c'est qu'elle s'éclate vraiment Bérangère !

Sammy a dit…

Peut-être obsrvait-elle à la dérobée l'homme qui prenait des notes juste en face d'elle.. ;-)

Maurice a dit…

C'eut été un plaisir Sammy...