jeudi 8 février 2007

Train de nuit (4)

Certains avaient une petite couverture, d’autres un petit coussin. La plupart, comme moi d’ailleurs, étaient à pied de chaussettes. La température n’était jamais trop chaude ni trop froide. Je crois me souvenir que les voitures étaient climatisées mais pas autant que le sont maintenant les rames du TGV. Il fallait éviter de laisser un avant-bras ou le haut de la tête contre la fenêtre.

L’ambiance était plutôt calme. Beaucoup plus que le vendredi soir où probablement les mêmes troufions manifestaient bruyamment leur départ en permission. Le dimanche soir était synonyme de retour à la caserne pour une période indéterminée, donc pas de quoi pavoiser. Rares étaient les fois où ils étaient bruyants au point d’empêcher tout le monde de dormir. En tout cas ça ne durait jamais très longtemps.

Les contrôleurs compatissants s’arrangeaient pour passer au début du voyage de manière à ne pas interrompre le sommeil de chacun. JE les soupçonnais à l’époque de vouloir faire de même. Le trajet était habituellement sans histoire et très rares étaient les passagers qui n’avaient pas de titre de transport. Il arrivait cependant qu’un contrôle se fasse à nouveau après les différents arrêts du trajet. J’avais toujours mon billet sous la main pour éviter d’avoir à trop bouger.

S’il m’arrivait de dormir d’un sommeil profond, il était loin d’être continu. Les arrêts dans les différentes gares, la montée ou la descente de voyageurs, tout cela ne faisait pas passer une bonne nuit.

Il ne fallait pourtant pas que je rate mon arrêt. En effet, le terminus de mon train n’était pas Angoulême, mais Bordeaux, soit environ une heure plus tard. Et un jour, ce qui devait arriver arriva, ce n’est qu’une fois dans le tunnel à la sortie d’Angoulême que je me suis réveillé ! Le train venait de repartir pour Bordeaux… Il était cinq heures du matin et je commençais la journée à huit heures !

6 commentaires:

Anonyme a dit…

Maurice tu dors, ton train va trop vite, maurice tu dors, ton train va trop fort.
Vieille comptine ferroviaire.
mab.

bérangère a dit…

y'a un truc que je détestais par dessus tout du temps où je prenais les transports en commun, C T quand rentrant du boulot tard, je m'endormais assise, la bouche ouverte...la tehon....

fong a dit…

Je crois que je vais devoir prendre ce train (mais peut-être pas de nuit) durant cet été mais pour Bordeaux :)
Dommage, je ne pourrai pas expérimenter ce qui s'est passé dans ton esprit en te réveillant plus loin qu'il n'aurait fallu, comme se réveiller par terre au lieu du matelas...

Ally a dit…

La clim' dans les TGV maintenant, c'est horrible, ils la mettent trop fort, on se gele dedans !
Oula, t'as reussi à rentrer à temps pour le début de ta journée ?

Maurice a dit…

Ce matin c'est ma fille qui est venue me réveiller Mab ! J'avais oublié d'armer le réveil...

Il y en a toujours Bérangère. De même que cux qui tombent presque de leur banquette et qui se réveillent en sursaut en hurlant de terreur !

Maurice a dit…

Comme par exemple après une grosse beuverie Fong ?

Attends ! Attends, Ally !