mercredi 10 janvier 2007

Douceur printanière

Chacun de vous devrait l'avoir remarqué ou en avoir au moins entendu parler. L'hiver est doux. Ce n'est pas rare qu'il fasse doux en hiver. Le problème c'est que ça dure. À un tel point que la Nature ne sait plus où donner de la tête.

Les ours blancs maigrissent à force de parcourir plus de kilomètres à la nage entre deux icebergs, les ours bruns n'arrivent pas à hiberner car il fait trop chaud dans leur antre. Dans les transports en commun, c'est bien connu, il n'y a pas d'ours. Personne ne me contredira. N'est-ce pas ?

J'y ai par contre observé des abeilles l'autre jour. Je ne suis pas le seul car il ne fait pas assez froid pour qu’elles soient engourdies et la floraison de certains arbustes a plusieurs semaines d’avance ! Un reportage télévisé l’a très bien expliqué la semaine dernière.

Celles que j’ai vues avaient trouvé refuge dans les sous-sols du RER. J’ai entendu dire que des spécialistes arrivaient à les dresser, en quelque sorte, pour repérer les explosifs dans les aéroports.

Il m’aura fallu un peu de temps pour réaliser qu’en fait, elles volaient dans le sillage d’un homme à l’allure étrange. À croire que c’est mon cerveau qui était engourdi car il m’aura fallu quelques minutes avant de comprendre le pourquoi du comment. Pourquoi ces abeilles suivaient cet homme plutôt qu’un autre ? Pourquoi lui trouvais-je un air étrange ? Il avait le regard un peu perdu. Tout comme lui d’ailleurs. Ses vêtements étaient un peu usés, comme lui également et ses cheveux étaient en désordre, un peu comme son cerveau apparement.

C’est en l’observant un peu mieux que je compris que j’avais affaire à un amnésique qui de surcroît souffrait de diabète. Comment en étais-je arrivé à cette déduction ?

Tout simplement parce que sa braguette était ouverte et que les abeilles tournaient autour !

8 commentaires:

bricol-girl a dit…

En plus des ours et des abeilles il y a la ménagère de plus de 60 ans qui a perdu ses répères,repiquer les tomates ou pas?

Anne a dit…

Nan ??? Pour de vrai ?!! C'est une galéjade, ça, pas possible autrement !

Anonyme a dit…

Des animaux vivants dans le RER! Est-ce possible?
La Nature nous surprendra toujours...

bérangère a dit…

Monsieur Maurice est attiré par les reines...et fait le miel de ma journée !

Anitta a dit…

Il y a de cela bien longtemps, trois bout'ches cadeules drivaient dans la campagne et couraient partout comme des keunes (sûr qu'ils devaient s'entraîner pour les kreules).

Tout à coup, le kakernèche qui était outre de fatigue veut rentrer à son kot'. Malhoreusement, ils s'retrouvent scât'chés comme sur la plage eud' Dunkerque, mais cette fois il n'y a pas de poste de poulice pour appeler Peille et Meille !

A dache, ils voyent une tite maisonne. Ils toquent à la porte et se retrouvent nez à nez avec un veint'che qui ressemblait fort à un boucher : en effet, il avait comme ça quatre carrés bleus et blancs sur sa fégure, signe distinctif de la guilde des découpeurs de zwins de Dunkerque. Visiblement il était pas là pour faire neuche-neuche !

Aussi sec, il sort son kapmess et découpe les trois gamins en des centaines de m'tits bet'ches. Il claque tout ça dans son saloir et oublie le fricot pendant sept ans avant d'en faire un beultekase phénoménal...

Horeusement, Cô Maurice passa par là et toqua à son tour à la porte de ce méchant boucher. Le Maurice, il était tellement impressionnant (genre Reuze sur son cheval), qu'on l'a laissé rentrer et snustre d'où d'est ce qu'il voulait. Il se présenta au bord du saloir et étendit trois doigts... et voilà que nos trois riders ressuscitent ! mais avec des doigts plus courts que les autres.

Pour jouer du fifre, c'est pas pratique et ils faisaient plein de beutes. Quand c'qu'ils voulaient jouer Roule ta bosse, t'entendait le Reuze lied, mais faux.

En se levant, le preum dit : "J'ai fait un rien bon slapt'che". Le deuze dit : "Ben moi, pareil". Le kakernèche ajouta : "C'était un v'lours d'Amiens".

En voyant le bazar, notre méchant veint'che courut ses pattes en bas, stropra dans un watergang et fut emmené jusqu'au canal exécutoire où il mourut empoisonné.

Alors, pour pas que nos trois swatelaeres partent à nouveau à travers la campagne, et qu'ils restent sagement à leur maisonne, Cô Maurice leur offrit :
- une boite de cachous avec du sable n'dans pour jouer au babet ;
- des crottes de keunes en couleur pour jouer au pet'che ;
- et des m'tits n'os qu'il y avait en trop dans le saloir pour jouer aux cinq-cailloux.

C'est pourquoi asteur, tous les 11 janvier, de la plaine du Westhoek aux ballons d'Alsace, tous les bout'ches ont droit à un m'tit cadeau.

Alors, gamin, si tes parents oublient cette tradition, rappelle-leur donc la jolie légende de Saint Maurice...

;-)

Syl a dit…

Contente de te relire, même pour parler de braguettes et d'abeilles !
Euh, est-ce les vapeurs du réveillon qui perturbent ta vision ????

bricol-girl a dit…

De nouvelles perturbations dans le traffic?

Maurice a dit…

Malgré la douceur hivernale, c'est quand même peut-être un peu tôt pour repiquer les tomates Bricol-Girl !

Tu ne l'as encore jamais aperçu, Anne ?

Oui Fong, je crois même avoir parlé des thons un jour...

Maurice dans le rôle du faux-bourdon maintenant ? On aura tout vu Bérangère !

Ton histoire est (un fois de plus) extraordinaire Anitta. As-tu déjà pensé à la faire illustrer (celle-ci ou une autre) par des spécialistes du blog-dessiné (Bobi, Delphine Del4yo...) ?

Je suis resté très raisonnable Syl. Mon cerveau est suffisamment embrumé en temps normal !

Non Bricol-Girl. Je n'ai pas travaillé jeudi, tout simplement !