mercredi 5 avril 2006

Gréviste planqué ?

C'est pour le moins curieux.

En cette nouvelle journée de grève nationale, un service "minimum" était assuré dans les transports en commun. La gare était ouverte et quelques trains roulaient.

Il y avait donc des conducteurs, des aiguilleurs, des contrôleurs et des agents d'accueil. Je ne sais pas si c'est le nom, mais pour vous situer ce sont ceux qui sont derrière les hygiaphones dans les guichets.

Il y avait donc des agents présents derrière le guichet mardi soir. Certes le rideau était baissé, mais pas complètement. Il y avait de la lumière et on pouvait les apercevoir. De la même manière ils pouvaient voir les dizaines de dizaines de voyageurs qui venaient d'arriver par le un train sur deux. Ils pouvaient d'autant mieux les voir que tout le couloir souterrain était bloqué et noir de monde.

Pourquoi ? Tout simplement car seuls deux portillons étaient franchissables dans le sens "sortir de la gare". Croyez-vous qu'il auraient tendu le bras pour ouvrir d'autre portillons de manière à fluidifier le trafic comme ils ont l'habitude de le faire ? Pas du tout. Quand en plus d'être en grève on peut emmerder le monde, pourquoi se priver?

Au fait, on a des retenues de salaire lorsqu'on est présent sur son lieu de travail et qu'on fait semblant de travailler pour ne pas avouer qu'on est en grève ?

3 commentaires:

Ariane a dit…

je ne sais pas si j'oserais dire ici ce que je pense des grévistes "fonctionnaires" ou des fonctionnaires "grévistes" (dans les deux sens ça m'énerve) mais pour répondre à ton interrogation, pour gérer un personnel qui s'il n'est pas fonctionnaire est aussi fortement syndiqué et a, comment dire, un certain pouvoir, la réponse est "oui" et j'ajoute "évidemment" ....

mathilde a dit…

C'est pas dit qu'ils soient grévistes. La réglementation veut, pour la sécurité, qu'une station soit fermée s'il n'y a personne pour la gardienner. C'est logique. Il n'est pas seulement d'usage que les portillons soient libres, c'est même obligatoire (surtout quand c'est gratuit). C'est pas pour faire plaisir mais toujours pour la sécurité. Quant à ce qui s'est passé dans cette station, je n'y étais pas donc ne peux que supputer... Ils n'étaient pas grévistes et en profitaient pour prendre du bon temps? Ou y avait-til une raison bien précise pour qu'ils ne libèrent pas TOUS les portillons? Ca vaudrait le coup de se renseigner plutôt que de ruminer alors qu'il n'y a pas lieu. Maintenant, je vais te dire un secret qui n'engage que moi, les non grévistes sont pires que les grévistes pendant un mouvement. Ce sont souvent ceux qui "crachent" sur le voyageur.

Maurice a dit…

C'est ce que je pense aussi Ariane, ayant déjà vécu cette situation dans une entreprise privée. Il y avait des spécialistes pour ça.

Il n'y avait aucune raison pour ne pas ouvrir plus de portillons à ce moment-là, Mahilde. De manière à gérer le flux important de voyageurs aux heures de pointe, le matin les 3/4 des portillons s'ouvrent vers l'intérieur de la gare, le soir c'est l'inverse. Pour moi donc ils étaient grévistes et se payaient sur la bête tout en affichant clairement leurs sentiments vis à vis de leurs "clients". Ce ne seraient donc pas les non grévistes qui cracheraient sur les voyageurs, mais les grévistes qui n'osent pas assumer leurs actes. Cela dit tu as raison sur le fait qu'il aurait fallu ne serait-ce qu'aller se renseigner pour comprendre ce qui se passait alors. Pas simple dans la mesure où le contentieux est lourd...