jeudi 29 septembre 2005

Lardons

Heureusement il n’y en a pas si souvent que ça. Qui vous déchirent les tympans et génèrent des pulsions meurtrières difficilement réprimées. De qui Maurice va-t-il encore dire du mal dans son blog, le blog de Maurice (ça c’est uniquement pour cartonner dans les hits !) ? En quoi ces voyages quotidiens dans les transports en commun, qui pour la majorité des gens semblent se passer sans anicroches, ressemblent-ils pour Maurice à une épreuve tous les jours différente et qui s’apparenterait à un parcours du combattant ? Il faudra qu’un jour ou l’autre je creuse la question.

En attendant, revenons plutôt au sujet de cet article. Au cas où vous ne l’auriez pas encore deviné, je vais vous parler de ces chères têtes blondes. Celles sur lesquelles tout le monde s’extasie lorsqu’elles sont plongées dans un profond sommeil. Ce qui n’est malheureusement pas toujours le cas.

Il m’est arrivé d’avoir à supporter des cris d’écorchés vifs de ces avortons, des cris d’hystériques, à rendre fou. Plus particulièrement le jour où justement, comble du hasard, le train connaît des difficultés de circulation. Le train s’est arrêté en pleine voie, il fait chaud, vous êtes énervé car une fois de plus vous serez en retard et là, à côté de vous, il y a un chieur qui hurle. Et pas moyen de le calmer. Et pas moyen de fuir ! Il n’est pas toujours facile de supporter les pleurs et les colères de ses propres enfants. Alors quand il s’agit de ceux des autres et que vous estimez avoir passé l’âge… pas de les faire, mais de les assumer !

D’autant que le père ou la mère qui l’accompagne est en dessous de tout et laisse hurler et s’égosiller un petit morveux écarlate dans le fond de sa poussette. Tout le monde autour ne sourit pas d’ailleurs. Au contraire c’est plutôt du genre crispé. Certains voyageurs, des femmes essentiellement, prennent parfois les choses en main, pour montrer comment il faut faire. Avec pour seul mérite de faire redoubler les braillements !

Aussi, dès que c’est possible, afin d’éviter la crise de nerfs, je fuis le wagon. Maurice a des bornes à ses limites…

Une chieuse mon Capitaine !

Une chieuse mon Capitaine !

9 commentaires:

Anitta a dit…

Juste pour savoir : tu as des lard... Euh, pardon : des enfants, toi, Maurice ?

Maurice a dit…

Oui Anitta, trois - Roudoudou le Malfaisant, Beulette et P'tit Pépère - comme Cadet Roussel, mais qui, lorsqu'ils étaient petits, n'ont jamais pris les transports en commun sauf peut-être une fois ou deux le TGV pour le plus grand. Et là, quand à cet âge là ils ne supportent plus le voyage, pour leur faire passer le temps, tu peux les lâcher dans l'allée centrale pour qu'ils aillent baver sur les pantalons ou les robes des voyageurs !

Anitta a dit…

Quelle éducation !

Joshua a dit…

Et oui, les voyages forment la jeunesse!

Anonyme a dit…

hu hu... Le cri du lardon, le soir, au fond du tunnel... Une puissance poumonale sans égal. Et persévérant. La musique qui énerve. On ne peut rien faire. Juste attendre ;-)
Mathilde

fong a dit…

un baladeur ca peut règler une partie du problème non? même si pour couvrir les crix il faudra mettre fort et se niquer les tympans, au moins on aura moins de risque d'attraper un ulcère ou d'éclater un capilaire neuronal! ou d'être énervé au boulot...enfin jdis ca mais bon...pour certain la musique que j'écoute reviens au même ^^

Maurice a dit…

Eh eh eh Anitta, on a les vengeances qu'on mérite !

Je suis sur-performé dans ce cas Joshua...

Si au moins les conducteurs pouvaient de temps à autres chantonner une berceuse, n'est-ce pas, Mathilde !

Chacun ses goûts, Fong, mais mon casque n'est pas étanche aux bruits extérieurs...

Filomene a dit…

Ca me rappelle qu'un de mes fils ayant pris le TGVMarseille Bruxelles, s'est trouvé coincé dans un compartiment avec 2gamins hurleurs. Il n'a rien trouvé de mieux à faire pour les occuper de leur jouer du tam-tam!
J'espère que tu n'étais pas dans le train cette fois là!

Maurice a dit…

Non Filomène, heureusement ! Cela dit tout le monde n'a pas forcément toujours une tam-tam sois la main...