vendredi 16 septembre 2005

Défense de stationner (5)

Donc les bus sont coincés en attendant qu’on vienne les délivrer. Et à l’intérieur des bus, les passagers, dont je fais partie. Et là on sent le mécontentement. On peut le palper. Vous avez eu une journée difficile, vous avez marné dans les trains, vous êtes à la bourre car on vous attend et votre bus est coincé par des c…

Combien de fois me suis-je imaginé attraper le chauffeur par le col de chemise, le faire voler dehors histoire de lui montrer comment faire, prendre le volant d’un de ces mastodontes, enclencher la première, desserrer le frein à main, appuyer à fond sur l’accélérateur et lâcher enfin la pédale d’embrayage histoire de me frayer un passage en force ? Ou mieux encore, être aux commandes d’un char Leclerc et de passer par-dessus des crêpes en ferraille. Ou mieux encore, toujours aux commandes de mon char Leclerc, pulvériser à coups de canon ces tas de ferraille. Ou mieux encore, tel Han solo aux commandes de son engin interstellaire, vaporiser à coups de canon laser ces caisses à savon.

Feu mon Capitaine !

Feu mon Capitaine !


J’entends derrière moi les autres passagers qui m’encouragent :

-Vas-y Maurice !
- Ouais ! Tu l’as eu ce trou du c… !
- Recule pour l’achever !
- Et un ! Et deux ! Et trois zéro !

Malheureusement tout cela n’est qu’un rêve. Nous ne pouvons que regarder d’un œil mauvais mais impuissant le chauffeur qui a finalement daigné se décrocher du bar en zinc, la cigarette vissée au bec, monter dans sa voiture sans un regard, faire un démarrage sur les chapeaux de roues, libérer le bus et se remettre à la même place, en attendant le prochain bus.

10 commentaires:

denis a dit…

Je m'inquiete pour ta santé mentale Maurice, tu devrais peut être habiter plus prés de ton boulot et arreter les transports en communs, ou repartir en vacances.

Lutine a dit…

Moi aussi je suis decouragee devant tant de desarroi.
Je ne comprends pas ses comportements tres typiquement francais chacun pour soi.
Faire chier des centaines de gens pour faire 100 metres de moins a pied.
Ca me laisse perplexe mais nous sommes confrontes a cela tous les jours

Lutine
PS : les pingouins sont finis

Shantti a dit…

si tu avais un ouvrage à broder en mains p-e que ça te calemerai tout en t'occupant...
si c'est pas une bonne idée ça tient!
En plus on doit être concentré donc on oublie le monde et tout ses cons.et le temps file à toute vitesse!!
Maurice! c'est ça la solution!!:-))

nan' a dit…

Denis ou la solidarité de mauvaise foi ;o))

Vroumette a dit…

Oui, moi aussi ça m'énerve. M'enfin, je suis plus calme quand même. Je ne fais pas un remake de film de guerre à chaque fois sinon je finirai épuisée mentalement à la fin de la journée. T'as pas eu une bonne journée ? Je me coyais dans Doom en lisant ton billet.

denis a dit…

Ben oui nan' et alors ;)

Filomène a dit…

Ben si ,VazyMaurice!Méfie-toi quand même, je soupçonne que ça ne se conduit pas comme une Panda ce mastodonte!Et enfin tu seras à l'heure!(c'est une retardataire chronique qui te parles!)

phil a dit…

elle a mangé tous les pngouins, Lutine ?

Lutine a dit…

Phil : je ne mange pas les pingouins, je les brode
C'est deja pas mal

Lutine

Anonyme a dit…

Y'a de quoi enrager... La solution existe, mais laquelle? Aller dans le troquet et mettre du sel dans leur demi?

mathilde