samedi 14 mai 2005

Qu'est-ce qu'il dit ?

Encore un détail frappant. Détail, mais pourtant énorme. La proximité de certaines habitations (maisons individuelles et immeubles) avec les voies ferrées. Des maisons construites le long des voies il y en a des centaines. Et ça continue. Il s'en construit régulièrement sur le moindre lopin de terre libre. Entre les trains de banlieue, les trains grandes lignes, les trains de marchandises, les trains postaux, les trains couchettes et les trains de service, cela fait combien par jour ? A multiplier par deux puisque ça roule dans les deux sens ! Plus on se rapproche de la capitale, plus il y en a.

Le bruit est assourdissant. Sans parler des vibrations et de la pollution des locomotives au diesel qui crachent une fumée noire de particules cancérigènes presque aussi dense mais beaucoup plus nauséabonde que les trains à vapeur d'un autre temps. Rajoutez encore les avions qui décollent ou qui atterrissent, les avions de tourisme qui font du rase-mottes et la circulation automobile. Qu'obtient-on ? L'enfer…

J'ai eu l'occasion à plusieurs reprises de dîner chez des amis dans leur jardin. Leur maison se trouve à environ 80 mètres de la voie ferrée. Elle n'est pas en première ligne. Il y a un écran entre les deux : une autre rangée de maisons. Mais en regardant sur le côté on peut voir les trains passer. Au passage d'un train vous pouvez (devez) cesser toute conversation à moins de hurler pour se faire entendre. Le pire ce sont les trains de marchandises. Ils sont beaucoup plus longs et j'ai l'impression qu'ils roulent moins vite (à moins que ce soit la taille du convoi qui fasse penser cela).

A d'autres endroits, le train passe carrément au-dessus des toits des maisons, au niveau du sixième étage de plusieurs immeubles. Cuisines, salons, chambres à coucher sont ainsi exposées à la vue de tous. Les gens qui habitent ces lieux doivent attendre avec impatience la prochaine grève SNCF (dans quelques jours). A moins qu'étant habitués au passage régulier des trains, le silence les empêche de dormir ?

3 commentaires:

denis a dit…

On s'y fait, j'ai des amis qui habitaient aussi prés d'une voie férrée, en fait avec le temps ça ne les dérange plus.
Par contre les invités oui.
Bilan vaut mieux les recevoir chez nous que chez eux;)
Pour les aeroports on se renseigne avant d'habiter n'importe ou...

Nan' a dit…

habitude, loyer modéré... choix de vie (j'en doute)...

Maurice a dit…

C'est vrai Denis que le propre de la nature humaine est de s'habituer à tout.

Pour le choix de vie je ne sais pas non plus, Nan'. En tout cas ça ne me plairait pas, ça c'est sûr !