jeudi 10 mars 2005

La galère

Aujourd'hui Maurice a décidé de rester chez lui plutôt que d'avoir à subir les conséquences de la grève des transports publics. Il a profité de cette occasion pour régler ce jour là des questions personnelles qui l'auraient amené à ne pas aller travailler. Il a donc posé une journée de congés en entamant son capital de jours RTT. Heureusement sa situation lui permet de le faire. Ce n'est pas forcément le cas pour tout le monde. Il avait auparavant consulté le site internet mis en place par la SNCF spécialement pour les jours de grosses perturbations. Rien à voir avec ce qui se passe sur les lignes de la RATP. Il vous le recommande d'ailleurs (www.abcdtrains.com) car il indique de façon précise les horaires des trains prévus. Cela n'évite pas la cohue mais permet de s'organiser et d'éviter d'avoir à attendre l'arrivée d'un train pendant de longues minutes.

Il n'en n'a pas toujours été ainsi. Même s'il a toujours pu rejoindre son lieu de travail et rentrer chez lui le soir, cela se sera fait à force de réveil plus matinal que d'ordinaire, de longues marches pour rejoindre une gare ou un station, de longues minutes d'attente, de poussées pour pouvoir rentrer dans une voiture, d'énervement, de cohue physique, de longues heures passées debout pressé par d'autres usagers dans des voitures où il y a plus de gaz carbonique que d'oxygène...

Et puis le lendemain on peut reparler de ces moments héroïques et partager ses galères et expériences. Le surlendemain on a oublié et la fois suivante on cherche à améliorer sa technique.


4 commentaires:

Feuille a dit…

Regarder les horaires annoncés par abcdtrain ou sur les divers panneaux d'affichages et découvrir qu'aucun d'eux ne correspond à la réalité ...
Laisser passer des trains plus que bondés avec des voyageurs essayant de forcer le passage malgré et contre la fermeture des portes et trouver enfin, apres 1h d'attente, un train à peine pus rempli que la normale. On prends les mêmes et on recommence ce soir ...

Feuille a dit…

8 mois aprés, à quelques revendications et degrés Celsius pres, le sujet est toujours d'actualité ou comment réinventer le mouvement social perpetuel (ou mouvement perpetuel social)...

buse a dit…

C'est là que je me dis que j'ai de la chance d'avoir mon lieu de travail à vol d'oiseau très près.
Voiture : 3 mn
Vélo : 5 mn
à pied : 10 mn

Maurice a dit…

Et ce n'est pas donné à tout le monde Buse !