mercredi 21 mars 2007

Accrochez-vous !

En repensant l’autre jour à l’article que j’avais écrit au sujet de la barre qui dans les transports en commun permet aux voyageurs de garder leur équilibre, en imaginant les techniques que chacun d’entre vous a pu développer pour faire face à l’adversité, une anecdote m’est revenue.

Cela s’est passé il y a quelques années dans une ville portuaire du Nord de la France. Et bien entendu l’action se déroule dans les transports en commun. En l’occurrence il s’agit d’un autobus car le tramway ne fonctionnait déjà plus. Un groupe de trois personnes comme on n’en voit plus monte dans le bus. On peut distinguer un adulte d’une cinquantaine d’année et deux adolescents. Ils sont tous les trois habillés en aube et l’un des adolescents porte une grande croix, celle que l’on porte en tête d’une procession d’enterrement.

Certes ce n’était pas un enterrement à Ornans, mais si vous avez l’occasion de voir ce tableau cela vous donnera une idée des personnages.

Dans le bus, une âme charitable a laissé une place assise au prêtre. Les enfant de chœur sont debout dans le bus au milieu d’autres personnes qui ne leur prêtent pas plus d’attention que ça dans la mesure où il n’y avait, à ce moment-là, rien d’extraordinaire à voir un prêtre, non pas en soutane, mais en aube, accompagné par des enfants de chœur.

Celui qui est chargé de la croix la tient verticalement et discute gaiement avec son camarade.

Tout se passe bien jusqu’au moment où le bus se met à freiner brutalement. Les voyageurs se retrouvent alors déséquilibrés et dans un ultime réflexe, s’agrippent à la croix, pensant avoir affaire à une barre du bus !

Il faut imaginer la scène ! Un groupe de voyageurs au regard ahuri, cramponnés à la croix pensant avoir affaire à un support digne de confiance, et partant à la dérive dans le bus !

J’en ris encore !

10 commentaires:

Syl a dit…

J'en ris aussi.....ça me rappelle une histoire de procession quasi intégriste et de bannière accrochée dans un fil electrique....
Voilà une journée qui démarre bien !
merci

Phil, si tu passes par là, tu vas toi aussi rire je pense

bérangère a dit…

une ville portuaire du Nord de la France

mais c'était le jour du carnaval à Dunkerque...

mab a dit…

Il n'y a que la foi qui sauve.

colchide a dit…

Ah oui, tu racontes si bien que j'ai vraiment eu l'impression d'être spectatrice...

Maurice a dit…

Le courant est passé ce jour-là Syl !

Si l'on veut faire dans le religieux Bérangère c'est plutôt en moine bon vivant et lubrique qu'on se déguise au Carnaval à Dunkerque.

Le Bon Dieu doit aussi rigoler de temps en temps Mab !

Et encore Colchide, tu ne me vois pas la mimer cette histoire !

euqinorev a dit…

Venue en direct de chez Madeleine suite à un commentaire humoristique sur sa note du 16 mars.
Je reviendrai, c'est certain ;-)

Maky a dit…

A un moment critique de sa vie...un freinage brusque...où la vie est mise en péril, inconsciemment on devient "spirituel" ;-)

Maurice a dit…

Hello Euqinorev ! C'est Alain ou Richard qui t'a fait arriver jusqu'ici ? Sois la bienvenue et reviens quand tu veux.

Tu n'imagines pas jusqu'où tu as raison Maky !

euqinorev a dit…

C'est toi, mais sinon ce serait plutôt Richard, sans la moindre hésitation :))

Maurice a dit…

Richard n'est plus ce qu'il était euqinoréV... ;-)