lundi 28 novembre 2005

Grosses doudounes

Autant vous le dire tout de suite, ce n'est pas la peine de vous exciter pour rien. Ce n'est pas à ça que je pense bien qu'effectivement je pourrais me laisser aller à une description de ce genre. Laissons donc tranquille la Tante Charlotte. Dans un autre registre un essai plutôt réussi a déjà été fait par Pierre Perret. S'il y en a que ça tente...

Ce dont je vais vous dire quelques mots maintenant m'a été suggéré par Shantti. en dehors de créations et de réalisations remarquables en broderie et couture, elle tient un blog. Sans plus attendre voici le lien indispensable : Shantti

Donc ces jours-ci tout le monde aura ressenti les effets du net refroidissment des températures. Les voyageurs dans les trains de banlieue en particulier doivent être équipés contre les grands froids afin que l'attente sur le quai exposé à tous les vents soit supportable. En plus des défenses naturelles plus ou moins développées, nombreux et nombreuses sont ceux et celles qui auront endossé un épais manteau d'hiver (une doudoune par exemple).

On se retrouve très vite plus à l'étroit que d'habitude à cause de ceux ou celles qui ne veulent pas se défaire de leurs gros manteaux. Les voitures sont chauffées et pour la plupart des voyageurs, la durée du voyage varie de 20 à 35 minutes environ. Il est tout à fait possible de retirer son manteau. Le problème c'est qu'il n'y a pas de porte-manteaux. Il faut donc le conserver sur les genoux. Avec pour les uns la sacoche entre les jambes, pour les autres le sac à main sur les genoux, le fameux deuxième sac à main sur les genoux, le livre ou le magazine, tout cela fait que le voyage ne sera pas des plus confortables.

D'autant que certains et surtout certaines sont plus frileux que les autres (pourtant à les voir...) et conservent leur manteau. Alors effectivement Shantti on a moins de place et on se retrouve encore plus en contact avec son voisin ou sa voisine.

Demain ou plus tard je vous parlerais des nez qui coulent.

5 commentaires:

Ariane a dit…

si on peut appeler ça contact compte tenu de l'épaisseur des doudounes

Shantti a dit…

Ah!
en dehors du fait que je sois quasi morte de fierté d'être citée et liée(*oïsh) dans cet illustre blog, je constate avec stupeur que mes simplettes reflexions ont de vrais fondements..incredibeule
j'ai du être voyageuse en TEC dans une autre vie..
hvtjxf

Vroumette a dit…

Je te confirme, j'ai testé encore aujourd'hui. J'avoue que je n'ai ps cédé à l'appel de la doudoune, mais en revanche je me munis de gants, d'un bonnet et d'une grosse écharpe. En général ça suffit pour tenir le coup de l'attente (ma foi pas bien longue).
Pour les nez qui coulent, tu n'es pas obligé hein !

Joshua a dit…

Eh oui...voici les conséquences inattendues du froid sur les comportements du troupeau de voyageurs. Ils ne peuvent se désaisir de leurs pelures sans encombrer.

Ainsi soit-il!

Sinon, le nez est aussi coulant qu'est le camembert faisandé...N'oublions pas la toux corrosive qui vous contamine dans ces milieux étroits et autres maux...

Courage! Que la force soit avec toi Maurice!

Maurice a dit…

D'accord pour parler d'un contact isolé Ariane ?

J'espère que tu t'es remise Shantti !

Vroumette je promets de rester correct.

Et au printemps ils se font tondre Joshua.