lundi 4 juillet 2005

Le passage (Stargate)

Hier pour des raisons qui lui sont propres, Maurice n'a pas pris le train à son heure habituelle. Du coup il s'est retrouvé environ une heure plus tard dans un train spacieux et aéré, malgré une température extérieure déjà plus que douce. Ce train ne ressemblait pas à celui qu'il a l'habitude de prendre. Comme si à l'intérieur du monde des transports en commun il yavait plusieurs mondes. Et du coup il s'est mis à penser à ces différents mondes :

le monde des besogneux,
le monde des couche-tard,
le monde des départs en vacances,
le monde des sports d'hiver,
le monde des miraculés en puissance,
le monde des zonards,
le monde des sportifs,
le monde de la petite monnaie
le monde du café cher à Christine...

Des mondes qui existent en permanence, que l'on ne fait que traverser, qui fonctionnent en parallèle, des mondes que l'on peut visiter les uns après les autres ou même ne jamais connaître ou fréquenter. Chaque monde est peuplé de ses habitants du moment qui ne se connaissent pas la plupart de temps. Ces mondes vous survivent. Il n'y a qu'un seul moment où ils cessent d'être et d'exister, les jours de grève totale. Ils disparaissent pour quelques temps avant de réapparaître, inchangés.

Ce sont des mondes qui évoluent malgré tout. Ils ne s'améliorent pas forcément mais se transforment, s'étendent et s'acccroiseent pour accueillir des habitatns de plus en plus nombreux.

Et ce matin Maurice a réintégré son monde où chacun trouve sa place. Pas forcément assise !

1 commentaire:

Nan' a dit…

La curiosité de Maurice a sûrement dû être affûté par ce voyage aléatoire...